Capleton

Aller en bas

Capleton

Message  Master le Mer 19 Sep - 20:45

Capleton est l’aîné des chanteurs Bobo, apparus sur le devant de la scène dans la deuxième moitié des années 90. Au côté d’Anthony B et de Sizzla, il est l’un des représentants les plus populaires du reggae conscient. Celui qu’ont surnomme « the Prophet » est également un artiste complexe et original .

Dj hors pair de sound system, il a développé son chant sur des lyrics souvent simples mais très percutants, avec une voix tantôt grave, sincère, presque gémissante, tantôt puissante et furieuse. Un style qui colle parfaitement à ses propos, qu’ils soient conscients ou plus légers, et aux meilleurs riddims roots et digitaux. Personnage charismatique, il offre au public des concerts explosifs qui ne laissent aucun spectateur indifférent. Prolifique depuis plus de 10 ans en singles, Capleton a sorti, de manière plus raisonné, près d’un album par an depuis le début de sa carrière.

Il est né Clifton George Bailey en 1967 dans la paroisse de St Mary en Jamaïque. Il s’intéresse très tôt aux sound systems et à la rhétorique, ce qui lui vaut son surnom de Capleton, le nom du meilleur avocat de la paroisse. A 18 ans, il quitte la campagne pour Kingston. La première opportunité musicale qui se présente à lui le lance directement sur le devant de la scène. Stewart Brown, responsable du sound system African Star de Toronto lui propose une date au Canada avec Ninjaman et Flourgon. L’essai est concluant, il tourne donc pour African Star et enregistre ses premiers singles, aux textes explicites, qui deviennent rapidement des hits entre 1989 et 1992 : Bombo Red, Number 1 pon the look good chart, Lotion Man, Rough Rider. Mais il décrit également le ghetto et exhorte ses habitants à la foi comme sur les singles Ghetto youth ou God we love.

Un changement majeur se produit dans sa carrière lorsqu’en 1992 il remporte un succès massif avec trois morceaux aux paroles conscientes : ALMShouse pour Xterminator, Prophet pour Penthouse et Mankind pour Colin Fat. Il s’affirme désormais rasta et devient Capleton « the prophet ». Il sort l’album "ALMShouse" en 1993 pour le label Xterminator, qui réuni les singles enregistré au studio à cette période.

En 1995, Capleton est signé sur le label américain Def Jam, privilège rare en Jamaïque, pour lequel il réalise l’album "Prophecy". Celui-ci est composé de productions African Star très dancehall, comme Tour ou Chalice qui est l’un des premiers morceaux à revisiter les rythmes nyahbingi en version digitale, et de remix orientés vers le public hip-hop. La collaboration se poursuit et s’achève en 1997 avec l’album "I-testament". Malgré ces deux albums très originaux, Capleton est noyé parmi le catalogue rap du label et ne bénéficie pas de la promotion qu’il mérite. Qu’importe, il sort toujours des 45 tours dévastateurs pour de nombreux producteurs, à commencer par le premier d’entre eux, Fatis Burrel d’Xterminator.

C’est en 1998 avec un titre reggae que le prophète va enflammer le monde et plus particulièrement l’Europe : Jah Jah city, produit par la famille Morgan Heritage, consacre Capleton plus de dix ans après ses débuts. Il devient incontournable autant sur les riddims roots que sur le bashment comme il l’a démontré en 1999 avec le Street Sweaper (Final Assassin) ou plus récemment le Chrome (Inna her heart). L’album "More Fire" chez VP, qui compile les meilleurs singles de 1998 à 2000, fait figure de référence pour tout amateur de musique jamaïcaine. L’artiste a ainsi trouvé son rythme en étant très présent en single et en conservant le meilleur de sa production pour des albums internationaux. "Still Blazing" suit ainsi en 2002. Un peu absent en 2003, Capleton est revenu dans le haut des charts en 2004. Ses principaux succès sont logiquement disponibles sur son dernier album en date, "Reign of fire" sorti en 2005 et qui achève sa « trilogie du feu » chez VP.

Auteur : Benoit Georges (Reggae.fr)
avatar
Master

Nombre de messages : 114
Date d'inscription : 15/09/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Capleton

Message  Six le Jeu 20 Sep - 13:08

Tout comme Sizzla, il est capable du best mes ses dérives dancehall me mettent mal à l'aise^^.
POur moi son point fort c'est les riddims. Ce gars à l'art de démonter tout au passage à chaque fois qu'il participe à un riddim. Je rappelle aussi qu'il est l'auteur du plus grand riddim (presque^^) de tout les temps : Liberation riddim (Jah Jah city). I love you
Dat day will come a aussi marqué en 2005.
avatar
Six

Nombre de messages : 29
Date d'inscription : 17/09/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum